CP (mois de février), écriture tremblottante et maladroite
CP (mois de février), écriture tremblottante et maladroite

press to zoom
Pouce emprisonné, doigts crispés et immobiles
Pouce emprisonné, doigts crispés et immobiles

press to zoom
Pouce raide, pas de mouvements digitaux, lenteur et maladresse dans les tracés
Pouce raide, pas de mouvements digitaux, lenteur et maladresse dans les tracés

press to zoom
CP (mois de février), écriture tremblottante et maladroite
CP (mois de février), écriture tremblottante et maladroite

press to zoom
1/20

Dans quels cas consulter un graphothérapeute pour votre enfant?

Il ne tient pas correctement son stylo : Une bonne tenue et un stylo adapté à l'enfant sont indispensables dès le début de l'apprentissage

 

Il adopte une mauvaise posture : La position de la tête, des épaules, des bras et de la feuille est très importante pour la fluidité de l'écriture.

 

Il a des difficultés à entrer dans l'apprentissage de l'écriture : Ne pas être à l'aise à l'écrit en CP peut entraîner un blocage et une perte de confiance en soi.

 

Il écrit trop lentement ou avec trop d'efforts (crispations). Il se plaint de douleurs : Cela entraîne une fatigue et un retard préjudiciable dans les acquisitions.

 

Il a une écriture illisible (mauvaise formation des lettres, écriture trop petite...) : Il n'arrive pas à se relire et perd l'envie d'apprendre ses leçons. Cela lui renvoie une mauvaise image de lui. 

 

Il écrit trop vite, avec précipitation sans maîtriser son geste graphique : Contrôler la vitesse de son écriture permet de gagner en précision (forme des lettres, orthographe...).

 

Il a du mal à suivre les lignes du cahier : Le repérage spatial nécessite un apprentissage mais un problème orthoptique peut aussi être à l’origine de cette difficulté.

 

Il a des cahiers mal tenus et peu soignés : Un excès de perfection peut entraîner aussi beaucoup de ratures renvoyant à l’enfant une mauvaise image de lui.

 

Son enseignant lui fait des remarques sur son écriture : Au fil des années, les remarques incessantes sur son écriture, le découragent et l’entraînent dans une spirale négative.

 

Il est précoce et il y a un décalage de rapidité entre sa pensée et son geste : Une frustration importante peut s’installer jusqu’à engendrer un refus total du passage à l’écrit.

 

Il a des difficultés à rester concentré et commet de nombreuses erreurs de copie : Apprendre à copier sans faute est aussi un des objectifs de la rééducation en écriture.

 

Il est anxieux et manque de confiance en lui lorsqu’il s’agit d’écrire : La graphothérapie a pour but de dédramatiser l’acte d’écrire en proposant des activités ludiques. 

Cette liste est bien sûr non exhaustive. D'autres motifs peuvent vous amener à consulter. 

Vous vous demandez si la graphothérapie est la bonne solution et peut vous aider, contactez-moi !